Le sommeil, cette chose mystérieuse et indispensable, fait l’objet depuis toujours de certaines idées reçues parfois tenaces. Si nous avons déjà abordé certaines d’entre elles dans la première partie de notre dossier, il en existe d’autres sur lesquelles nous nous penchons dans cet article. L’occasion de parler des conséquences de l’alcool sur le sommeil, de l’importance de l’alimentation, des lève-tôt ou encore du somnambulisme…

 

L’alcool aide à dormir

Une autre croyance populaire plutôt tenace. Alors autant le dire tout de suite, l’alcool n’aide pas le sommeil. Quelques explications : il est fréquent de ressentir une certaine torpeur après l’absorption d’alcool. On commence à être fatigué et à avoir envie de dormir. Dans ce cas, oui, en effet, l’alcool peut provoquer l’endormissement. Pour autant, attention, car l’alcool provoque une totale désorganisation de l’architecture du sommeil. La conséquence directe est qu’un sommeil alcoolisé ne sera pas aussi réparateur qu’un sommeil « à jeun » puisque les cycles du sommeil sont perturbés. Un sommeil en général plus agité et perturbé. C’est ainsi que les lendemains de fête sont si fatigants. Même si on a dormi jusqu’à midi, après une nuit de 10 ou 11 heures, on ne se réveille jamais en pleine forme. L’alcool qui, on le rappelle, doit être consommé avec modération.

 

Qui dort dîne

Une expression bien connue signifiant qu’un bon dîner va aider pour bien dormir. Ce qui est faux car c’est même tout à fait l’inverse. Un repas trop lourd le soir, va prolonger la digestion et justement interférer avec l’endormissement, allant jusqu’à provoquer dans certains cas des troubles du sommeil. Quand on va se coucher le ventre plein, on a ainsi tendance à souffrir de maux d’estomac, à se réveiller souvent et à ne pas se sentir très bien. Un dîner léger est donc préconisé le soir pour ne pas gêner l’endormissement. Privilégiez également les sucres lents tout en évitant tant que possible l’absorption d’une trop grosse quantité de protéines.

Qui dort dine

 

 

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt

Cette citation, signée Henry Gauthier-Villars, un écrivain français, est souvent utilisée par les personnes qui se lèvent tôt. Une expression née dans un monde sans électricité où se lever tôt, avec le soleil, signifiait pouvoir profiter de la lumière naturelle pour travailler. Aujourd’hui bien sûr, les conditions ont changé. Cela dit, cette citation peut faire écho au tendance Miracle Morning, la philosophie de vie de Hal Elrod, un écrivain américain. Philosophie consistant à se lever plus tôt pour profiter d’un moment à soi, avant d’aller travailler par exemple. Une parenthèse en début de journée pour faire du sport, cuisiner, lire, méditer… La solution d’après l’auteur à beaucoup de problématiques liées à nos modes de vie plutôt frénétiques. Miracle Morning envisageable seulement si on accepte de se coucher plus tôt le soir bien évidemment. Car il ne faut pas perdre de vue que le corps à des besoins en sommeil qu’il ne vaut pas mieux entamer.

Le miracle morning

 

 

Il ne faut jamais réveiller un somnambule

Est-il dangereux de réveiller un somnambule ? Certaines croyances populaires affirment en effet que le fait de subitement réveiller un somnambule va l’exposer à un mal des plus mystérieux. On raconte en effet que pendant le sommeil, l’âme flotte au-dessus du corps et qu’un réveil soudain pourrait empêcher cette dernière de regagner le corps, provoquant une folie irréversible. Des croyances remontant au Moyen-Age qu’il convient de relativiser aujourd’hui, maintenant que nous savons véritablement pourquoi certaines personnes marchent ou parlent en dormant. Pour répondre à cette question et ainsi démonter cette idée reçue, il convient de comprendre ce qu’est le somnambulisme. Le somnambulisme intervient pendant la phase de sommeil profond, soit durant la première moitié de la nuit. Un phénomène provenant d’une régulation anormale des ondes courtes. Une régulation liée au système thalamo-cortical qui engendre normalement une paralysie musculaire tout à fait naturelle pendant le sommeil.

Chez les somnambules, cette fonction, ainsi désactivée, peut leur permettre de se mouvoir alors qu’ils dorment. Un phénomène qui intervient le plus souvent chez les enfants, eux dont les connections ne sont pas encore matures alors qu’on estime que seulement 3% des adultes sont touchés. Réveiller un somnambule est donc sans risque. Théoriquement en tout cas. En fait, cela dépend de la situation dans laquelle est le dormeur. On a déjà vu certains somnambules monter sur des toits ou se mettre dans des situations dangereuses. Dans de tels cas, il peut en effet être dangereux de les réveiller. Mais seulement car le réveil pourrait entraîner une chute. Si on doit réveiller un somnambule, il convient donc de se montrer doux et d’agir avec tact.

réveiller un somnambule

 

 

Dormir équivaut à éteindre son cerveau

Si on a l’impression de mettre son cerveau sur pause pendant la nuit, c’est en réalité tout l’inverse qui se produit. Quand le corps se repose, le cerveau lui, enchaîne sur une phase primordiale. Il classe notamment les information reçues pendant la journée, engendre les rêves, et agit un peu comme un disque-dur qu’on défragmenterait. C’est pour cette raison notamment qu’on estime que le sommeil joue un grand rôle dans l’apprentissage. Et c’est pour cela que faire une nuit blanche la veille d’un examen est totalement contre-productif. Les experts du sommeil qui ont étudié la question sont catégoriques à ce sujet. Pendant la nuit, le cerveau tourne à plein régime.

 

On dort davantage en vieillissant

En fait, c’est tout à fait l’inverse. Plus on vieillit et moins on dort. Ce sont donc les enfants qui dorment le plus et qui ont le plus besoin de sommeil. Le sommeil des enfants joue un rôle primordial dans leur développement physique et mental. Certains spécialistes tempèrent en affirmant qu’il n’est pas sûr que les adultes aient moins besoin de sommeil. Ils dorment juste moins. À titre de comparaison, un bébé a besoin de 14 à 17 heures de sommeil par jour, un enfant, de 11 à 14 heures, un adolescent de 8 à 10 et un adulte de 7 à 9 heures.

On dort plus avec l'âge

 

 

Un bon lait chaud et au lit !

C’est vrai ! Mais cela fonctionne aussi avec une bonne tisane ou n’importe quelle boisson chaude (sauf s’il s’agit d’un irish coffee). Pour autant, il ne faut pas non plus négliger le tryptophane, une substance présente dans le lait, qui va se transformer en sérotonine, soit la fameuse hormone du sommeil. Cela dit, pourquoi le fait de boire un liquide chaud avant d’aller se coucher va favoriser l’endormissement ? Grâce à l’échange thermique. Quand vous buvez un verre de lait chaud, paradoxalement, la température de votre corps descend, préparant ce dernier à se laisser-aller dans les bras de Morphée. C’est également pour cette raison que les touaregs, en plein désert, boivent du thé brûlant.

 

Trouver le matelas idéal en 6 questions

C'est parti !