Le sommeil, comment ça marche ?

Dormir est naturel. En tout cas quand on a la chance de ne souffrir d’aucun trouble particulier. Pourtant, le sommeil est une machinerie assez complexe. Défini comme une perte de conscience, il se caractérise par une diminution progressive du tonus musculaire mais se distingue de l’inconscience totale par une réception sensitive toujours active. Ce qui signifie que lorsqu’on dort, on peut se réveiller en entendant un bruit, en sentant une odeur ou en étant touché par quelqu’un. L’homme a depuis longtemps cherché à percer les secrets du sommeil, celui-ci s’accompagnant, au Moyen-âge notamment, de mythes. Particulièrement en ce qui concerne les somnambules. Aujourd’hui, on sait ainsi beaucoup de choses sur le sommeil et sur ses cycles. Car oui, le sommeil obéit à des cycles. Faisons le point…

Le cycle du sommeil : mieux comprendre

Le sommeil n’est pas continu. Il se compose en réalité de plusieurs cycles amenés à se succéder. On compte en moyenne 4 à 6 cycles par nuit. On estime qu’un cycle entier dure en moyenne 90 minutes. C’est la raison pour laquelle les siestes ne doivent pas excéder une certaine durée pour être efficaces. Si on dort par exemple 1 heure dans l’après-midi, on va couper un cycle en deux, alors que si on se contente de 20 minutes, le phénomène ne sera pas le même et on aura les meilleures chances de se réveiller en bonne forme.

Cela dit, un cycle de sommeil se compose donc de plusieurs types de sommeil : le sommeil léger, le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal. C’est le sommeil lent profond qui s’avère fournir le sommeil le plus récupérateur alors que les rêves interviennent pendant le sommeil paradoxal. Autre chose importante : un cycle ne va pas faire la même durée suivant le moment de la nuit. Au début de la nuit, jusqu’à 3 ou 4 heures du matin, le sommeil profond est d’une durée plus importante. Ensuite, c’est le sommeil léger et le sommeil paradoxal qui se taillent la part du lion. Voilà pourquoi les spécialistes insistent sur l’importance d’établir et de respecter un rythme régulier. En bref, il ne faut pas se coucher trop tard, y compris le week-end, et limiter si possible les nuits blanches. Voilà qui explique pourquoi la question du travail de nuit est aussi délicate concernant le sommeil et sa bonne santé. Voyons maintenant les différentes étapes d’un cycle du sommeil

 

Les cycles chaque nuit - Le cycle du sommeil

 

Le cycle du sommeil : le sommeil lent

Idéalement, quand nous nous endormons, nous sombrons dans la phase de sommeil lent. Au début, les sens sont encore très réceptifs. Un bruit peut nous réveiller plus facilement par exemple. Rapidement néanmoins, nous tombons dans le sommeil lent profond et là, notre corps est forcément moins à l’écoute des stimuli extérieurs. Le cerveau se met peu à peu en veille, nous somnolons, les muscles se relâchent et nous entrons progressivement dans le sommeil profond. Normalement, chez quelqu’un qui ne souffre d’aucun trouble du sommeil, le processus prend à peu près 20 minutes. Vient ensuite le moment du sommeil paradoxal

Le cycle du sommeil : le sommeil paradoxal

On appelle parfois le sommeil paradoxal, le sommeil des rêves ou encore le sommeil à mouvements oculaires rapides. C’est le moment où l’activité cérébrale est la plus intense. Ce qui va de pair avec le fait que les yeux bougent beaucoup. Paradoxalement, le sommeil profond s’accompagne d’une immobilité des muscles. On parle même parfois de paralysie. C’est ce qui nous permet de ne pas vivre nos rêves dans la réalité et nous protège donc ; même s’il existe bien-sûr de nombreuses exceptions, en cas de somnambulisme. Les personnes somnambules « souffrent » ainsi d’un dérèglement de ce système et marchent ou agissent en accord avec leurs rêves, se retrouvant parfois dans des positions inconfortables pendant la nuit.
Le sommeil paradoxal ne dure qu’un quart-d’heure environ. 20 minutes grand maximum. C’est plutôt amusant car on a souvent l’impression de rêver toute la nuit. Nos rêves ne durent pourtant jamais bien longtemps. Quelques secondes tout au plus. C’est tout le côté fascinant du phénomène. Quand nous nous réveillons, le matin, nous sommes passés par toute une série d’étapes visant à régénérer le corps, à le nettoyer et à le préparer pour une nouvelle journée.

 

Un cycle idéal - Le cycle du sommeil

 

Le cycle du sommeil : le rôle des différentes étapes de chaque cycle

Chaque cycle se compose donc de plusieurs stades. Chacun de ces stades ayant son rôle à jouer dans la récupération. Ainsi, pour faire simple, disons que le sommeil lent, léger puis profond, repose le corps, alors que le sommeil paradoxal consolide la mémoire et aide le cerveau à se reposer. Sommeil paradoxal qui joue un rôle crucial dans le processus d’apprentissage notamment. C’est pour cela que chez les enfants ou chez les étudiants, le sommeil est d’autant plus indispensable. C’est durant la nuit que les informations apprises dans la journée s’ancrent dans le cerveau et s’enregistrent. Un enfant qui ne dort pas va voir son processus d’apprentissage bouleversé. Un adulte qui ne dort pas aussi. Sans compter que cela va impacter le niveau de stress et la fatigue psychologique.
Toutes les nuits, quand tout va bien, les cycles s’enchaînent harmonieusement. On s’endort en quelques minutes, notre corps et notre esprit lâchent prise de concert, on tombe dans le sommeil lent, léger puis profond, notre corps se repose… Puis vient le sommeil paradoxal. Les rêves se succèdent dans notre esprit. Parfois, ils n’ont absolument aucun sens, on croise des personnes inconnues ou oubliées depuis longtemps (savez-vous qu’il est impossible de rêver de parfaits inconnus ?), parfois on cauchemarde et le processus suit son cours. Un cycle se termine et un autre commence.

Dans l’idéal, il est bon de se réveiller à la fin d’un cycle, sinon, on a la fâcheuse impression de se lever très fatigué.e. Plus facile à dire qu’à faire cependant. Comprendre ces cycles du sommeil peut grandement aider à mieux les respecter et ainsi à mieux dormir. N’hésitez pas à consulter un spécialiste, qui pourra vous aider à mettre en place une routine favorable. Il est aussi utile de dormir sur une literie de qualité. Un bon matelas est le partenaire indispensable à de belles nuits.