Les Français dorment en moyenne 7h par nuit. Le week-end, la durée peut s’allonger jusqu’à 8h. Pour autant, 25% d’entre-eux affirment manquer de sommeil tandis qu’1/3 souffre de troubles du sommeil. Troubles de plus en plus fréquents. Et si cela ne rime pas forcément avec insomnie, 16% des Français sont bel et bien touchés par cette incapacité à dormir convenablement. Quelle tranche d’âge elle la plus touchée ? Les 55-67 ans. Une étude menée par l’INSV et la MGEN a également révélé que les personnes qui dorment moins de 6h par nuit, celles qui somnolent souvent en journée et les ronfleurs réguliers font partie des plus touchés par l’insomnie. L’insomnie est parfois qualifiée de « mal du siècle ». On fait le point…

 

Mieux comprendre l’insomnie : Les différents types

On appelle insomnie la difficulté à trouver le sommeil mais aussi celle à rester endormi. Les personnes qui n’arrivent pas à s’endormir le soir, qui se réveillent souvent ou qui se réveillent trop tôt sans raison particulière (radio-réveil ou autre) souffrent donc d’insomnie. Cela dit, si on a souvent tendance à employer le terme « insomnie » pour qualifier des troubles qui en fait, ne rentrent pas dans cette catégorie, il existe plusieurs types d’insomnies :

 

L’insomnie aiguë

L’insomnie aiguë ne dure en général pas longtemps. Due à un événement en particulier ou à un facteur stressant, elle peut se soigner quand le déclencheur a été identifié. On peut par exemple souffrir d’insomnie avant un examen. Le cerveau tourne à plein régime et on n’arrive pas à fermer l’œil. C’est parfaitement normal et pas nécessairement préoccupant. Pour autant, un traumatisme grave ou un choc psychologique et/ou émotionnel intense peut aussi être à la source d’une insomnie amenée à devenir chronique.

 

Les types d'insomnie - L'insomnie aiguë

 

L’insomnie chronique

Également appelée insomnie psychophysiologique, l’insomnie chronique déclenche à plus ou moins long terme une sorte de crainte du coucher. Sachant qu’elle ne va pas s’endormir, redoutant ce moment, la personne va angoisser et nourrir l’insomnie, s’enfermant dans une sorte de cercle vicieux. Un trouble qui s’apparente à un auto conditionnement négatif. Comment en venir à bout ? Les spécialistes ont remarqué que les personnes touchées arrivaient parfois à mieux dormir quand elles sortaient de leur routine. En vacances par exemple. Le quotidien, parfois stressant, avec ses heures de coucher et de réveil planifiées pouvant être à la source de ce type d’insomnie.

 

L’insomnie idiopathique

Indépendante du stress, cette insomnie, heureusement assez rare, consiste à une incapacité chronique à dormir suffisamment pour être en bonne santé. Les personnes touchées en souffrent généralement dès leur plus jeune âge. Les experts pensent que l’insomnie idiopathique serait due à une « anomalie du contrôle neurologique du système veille-sommeil ».

 

L’insomnie médicamenteuse

Beaucoup de médicaments ont pour effet secondaire d’impacter le sommeil et donc de déclencher des insomnies. Il en va de même pour les drogues. Paradoxalement, les somnifères, quand ils sont pris trop souvent, peuvent à terme entraîner une insomnie. La personne touchée s’enfermant là aussi dans un cercle vicieux. Concernant les médicaments, généralement, l’insomnie cesse quand le traitement se termine.

 

L’insomnie comorbide

Un type d’insomnie qui découle d’une situation psychologique fragile ou d’une pathologie précise. Elle entraîne des réveils entre les cycles de sommeil et rend difficile le fait de se rendormir. La dépression et l’anxiété par exemple. Des blessures physiques, entraînant des douleurs chroniques peuvent aussi être à la source de cette insomnie.

 

L'insomnie comorbide

 

Quelles sont les personnes à risque ?

Tout le monde peut souffrir d’insomnie. Que ce soit de manière chronique ou épisodique. La vie pouvant parfois être stressante, il est regrettable, mais normal, que le sommeil en pâtisse. Les statistiques des instituts spécialisés dans le sommeil ont néanmoins permis de mettre en évidence que l’insomnie avait tendance à s’installer avec l’âge. À partir de 55 ans, on estime donc qu’on a de plus grandes chances d’être touché même si, heureusement, ce n’est pas automatique. Les femmes seraient aussi en moyenne plus touchées que les hommes. La grossesse étant souvent propice à des insomnies passagères.

 

Insomnie - Les personnes à risque

 

Les causes de l’insomnie

Comprendre les différents types d’insomnie permet de mettre en évidence certaines causes. On sait donc que la santé mentale est directement liée à l’apparition de l’insomnie, la dépression nerveuse faisant partie des causes les plus courantes. Tout comme l’anxiété, passagère ou chronique, et le stress. La santé physique aussi donc, avec une insomnie pouvant découler de douleurs et d’un inconfort général. Il convient donc, pour venir à bout de l’insomnie, de se rapprocher d’un professionnel de santé pour identifier la ou les causes de l’insomnie.

Surtout si la cause ne paraît pas évidente.

 

Les effets de l’insomnie

Entraînant un manque de sommeil plus ou moins important, l’insomnie peut donc déboucher sur des problèmes comme l’hypertension, la somnolence diurne, la dépression, l’apnée du sommeil, l’apparition de diabète, la prise poids, les problèmes cardiovasculaires… Autant dire que l’insomnie, tout comme les réveils nocturnes, se doit d’être considérée avec le plus grand sérieux.

 

Les effets de l'insomnie

 

Comment soigner l’insomnie

Vous cherchez à savoir que faire en cas d’insomnie ? Combattre l’insomnie n’est pas une chose aisée. Pourtant, le simple fait de respecter quelques règles simples d’hygiène de sommeil peut aider. Ne serait-ce que pour tenter de s’endormir dans les meilleures conditions et de favoriser un sommeil durable.

 

Voici donc quelques conseils pour bien dormir en cas d’insomnie :

  • Veiller à bien s’exposer à la lumière du jour et dormir dans l’obscurité totale.
  • Respecter la plus grande régularité possible concernant les heures de coucher et de lever.
  • Aller se coucher quand on est fatigué.e et ne pas lutter pour rester éveillé.e le soir. 
  • Éviter les excitants l’après-midi et l’alcool en règle générale.
  • Si possible, bannir le radio-réveil qui, en vous permettant de voir l’heure à tout moment de la nuit, peut être à la source d’une angoisse supplémentaire.
  • Réserver la chambre pour le sommeil uniquement et non pas pour le travail ou les loisirs.
  • Privilégier une literie de bonne qualité. Profiter d’un bon lit, avec un matelas confortable et un sommier adapté, aide grandement à bien dormir.
  • Bannir également les objets connectés, sources de lumière bleue, qui est susceptible de perturber l’endormissement.

L’utilisation d’huiles essentielles, de tisanes et de remèdes naturels peut aussi aider à retrouver un sommeil de qualité. Tout comme la sophrologie, les massages, la relaxation avant de dormir, la pratique d’une activité physique… Tant d’activités qui permettent de lutter contre l’insomnie et de favoriser l’endormissement.

 

Comment soigner l'insomnie

 

 

Mieux dormir dépend de nombreux facteurs, l’insomnie n’étant quoi qu’il en soit pas une fatalité. Bien identifier la cause d’un trouble du sommeil pour mieux le combattre et le soigner, se rapprocher d’un docteur pour trouver les solutions, adopter les bons comportements… Autant de réflexes à garder en mémoire pour enfin retrouver les faveurs de Morphée et passer de bonnes nuits bercées d’un sommeil réparateur.