Si le sommeil est en soi une chose plutôt mystérieuse, indispensable et cruciale mais amenée à varier selon les personnes, le sommeil chez les enfants intrigue encore plus. Car si une crainte persiste concernant les enfants, c’est bien celle-ci : dorment-ils assez ? Dès que le bébé vient au monde, c’est la grande interrogation : quand va-t-il faire ses nuits ? Des questions qui trouvent souvent leurs réponses dans une meilleure compréhension du sommeil de l’enfant et de ses fascinants mécanismes.

 

La stabilisation du sommeil chez le bébé

Bien souvent, quand l’enfant naît, il fait son entrée dans le monde en criant. Quand les choses se calment un peu, il s’endort. Pour lui, l’aventure commence mais concernant son sommeil, plusieurs mois seront nécessaires pour atteindre une certaine stabilité. La période de sommeil varie suivant les enfants. Quand les plus chanceux des parents voient leur progéniture faire ses nuits à 2 ou 3 mois, d’autres galèrent encore après 2 ou 3 ans. Mais globalement, voici comme cela se déroule :

Un bébé nouveau-né dort en moyenne 16 à 17 heures par jour. Pour certains, le temps de sommeil chez l’enfant va jusqu’à 20 heures et d’autres se rapprochent davantage des 13 ou 14 heures, cela dépend. Le bébé suit lui-même un rythme du sommeil différent de celui de ses parents. Pour lui, un cycle de sommeil dure entre 50 et 60 minutes et se compose d’une phase agitée et d’une phase plus calme qui, malheureusement, est aussi plus courte. C’est durant cette phase que le bébé peut émettre de petits sons et s’acharner sur sa sucette. Son sommeil est agité. Au bout d’un mois, l’enfant commence à se réguler au fil de plusieurs siestes et a intégré la fonction de la nuit, qui sert donc à dormir. On peut dire en d’autres termes qu’il a commencé à caler son horloge interne sur le rythme du soleil. Au bout de deux ou trois mois, là encore cela varie fortement, les phases plus agitées font peu à peu place aux phases de sommeil paradoxal, qui s’avèrent plus stables. Après 6 mois et jusqu’à 2 ans, le sommeil se modifie pour adopter sa forme définitive. Chaque cycle du sommeil de l’enfant s’allonge et le nombre de phases dans chaque cycle augmente. Un bébé passe tant de temps à dormir qu’il est primordial de lui fournir une literie de qualité, un matelas pour enfant, favorisant la circulation sanguine et donc la croissance.

 

Stabilisation du sommeil de l'enfant

 

 

La question des terreurs nocturnes chez l’enfant

La stabilisation du sommeil va souvent de pair avec l’apparition, autour de 18 mois, des premières terreurs nocturnes. Et si ce terme peut parfois faire peur, de même que la réaction des enfants quand ils y sont soumis, le phénomène est tout à fait normal. La terreur nocturne est un genre de trouble du sommeil chez l’enfant qui est souvent comparée à l’insomnie. Pourtant elle se produit pendant le sommeil lent profond, généralement 1 à 2 heures après l’endormissement. L’enfant se réveille en criant, il semble terrifié, peut avoir les yeux grands ouverts et être désorienté, mais dort toujours. Dans ces cas, le bon comportement à adopter est le suivant : n’essayez pas de réveiller votre bébé. Attendez juste que la terreur nocturne se calme et que l’enfant se recouche tout seul. Si jamais il se réveille totalement, gardez votre calme. Le contraire pourrait augmenter son stress. Le but étant de favoriser son retour dans les bras de Morphée le plus rapidement et le plus sereinement possible. Les terreurs nocturnes peuvent aussi survenir quand l’enfant s’est couché plus tard que d’habitude, mais aussi durant les périodes de stress comme par exemple au moment de la rentrée scolaire. Les spécialistes du sommeil chez l’enfant affirment néanmoins qu’elles se calment après 4 ans et deviennent à partir de 5 ans beaucoup plus rares.

 

Les terreurs nocturnes chez l'enfant

 

 

La disparition des siestes

Indispensables au début, les siestes sont bien-sûr amenées à disparaître au fur et à mesure que l’enfant grandit. Le bébé peut ainsi faire deux à trois siestes par jour : le matin, après le petit-déjeuner, et l’après-midi. Souvent, on abandonne naturellement celle du matin en premier lieu pour ne conserver que celle de l’après-midi. À 2 ans, l’enfant fait une sieste d’environ 2 heures. Sieste qui n’est plus indispensable à partir de 3 ans. Si jamais l’enfant réclame une sieste après 6 ans, on estime que cela signifie qu’il ne dort pas assez la nuit.

 

La réduction du sommeil de l’enfant

C’est à partir de la 6ème année que le temps de sommeil connaît une nette diminution. Les nuits sont plus courtes et l’enfant peut également mettre plus de temps à s’endormir le soir. Rassurez-vous car la qualité du sommeil de l’enfant n’est pas impactée par ces changements. Ils sont tout à fait normaux et ne doivent pas faire l’objet d’une inquiétude particulière. Entre 10 et 20 ans, les heures de sommeil de l’enfant continuent à se réduire. De deux heures par nuit en l’espace de 10 ans. En moyenne, un enfant de 3 ans aura donc besoin de 12 heures de sommeil (nuit + sieste), un enfant de 6 ans, de 10 heures et un enfant de 12 ans, de 9 heures. La puberté allant aussi de pair avec de possibles perturbations du côté des nuits.

 

Réduction du sommeil

 

 

Le rôle du sommeil chez l’enfant

Le sommeil est important quel que soit l’âge. Chez l’enfant néanmoins, il est primordial. Ainsi, bien dormir est indispensable pour permettre le développement cérébral. Le sommeil, via l’horloge biologique, régule également la production des hormones de croissance, de cortisol, d’insuline et des hormones de l’appétit. Les experts ont ainsi établi que le surpoids chez l’enfant pouvait bien relever d’un mauvais sommeil. Bien dormir permet aussi un meilleur apprentissage. C’est pendant la nuit que le cerveau de l’enfant va traiter les informations stockées pendant la journée. Saviez-vous par exemple que quand on s’endort juste après avoir appris quelque chose, on a 30% de chances de mieux l’assimiler ? Enfin, le sommeil a aussi son rôle à jouer dans la consolidation du système immunitaire. En d’autres mots, un enfant qui dort bien sera mieux armé pour contrer les infections et les virus.

 

Pour conclure, on peut affirmer que le sommeil va permettre à l’enfant de grandir, physiquement et mentalement, mais aussi de mieux gérer ses émotions, de rester en forme pendant la journée et de mieux apprendre. Il va développer son système immunitaire et favoriser une bonne construction musculaire. D’où l’importance de bien mettre en place une routine saine concernant les nuits. Ce qui passe par un respect des heures de coucher et de lever, une bonne alimentation, la pratique d’une activité physique et le bannissement des appareils connectés dont la lumière bleue pourrait dérégler certains mécanismes.

 

Trouver le matelas idéal en 6 questions

C'est parti !