Dormir fait partie intégrante du développement de l’enfant. Il est ainsi très important de ne pas le négliger et de veiller à ce qu’il soit de bonne qualité. Tout comme il est primordial qu’un enfant dorme suffisamment pour lui permettre de grandir sereinement. Pour autant, malgré l’adage qui affirme qu’un bébé (ou un enfant un peu plus âgé) dort bien, ce n’est pas tout le temps le cas, plusieurs facteurs pouvant venir gêner le sommeil : Un mauvais matelas, une mauvaise routine de sommeil… Certains détails peuvent être la source de troubles du sommeil. Des troubles qui à plus ou moins long terme vont avoir des conséquences et impacter la vie de l’enfant…

 

Bien dormir pour bien grandir

Un nouveau-né dort de 16 à 17h par jour. Cela peut même aller jusqu’à 20h, les enfants étant tous différents. Entre 1 et 2 ans, un bébé aura besoin de 11 à 14 heures de sommeil par jour, siestes comprises. De 3 à 5 ans, on estime que l ‘enfant dort idéalement entre 10 et 13 heures par jour. Une durée de sommeil qui va de 9 à 12 heures de 6 ans à 12 ans. Par la suite, jusqu’à la majorité, cette durée est réduite à 8 ou 9 heures suivant les individus.

Il est important de garder ces fourchettes en tête pour favoriser un bon développement chez l’enfant. Car le sommeil va donc aider au développement mais aussi à l’apprentissage. Ce qui inclue chez les plus jeunes l’acquisition du langage, des habiletés motrices et la capacité à résoudre les problèmes. Un enfant qui dort bien sera plus à même de faire preuve d’un raisonnement logique, de gérer ses émotions au quotidien, de se concentrer et bien-sûr de grandir sur le plan physique. Bien dormir équivaut également à la bonne construction d’un système immunitaire.

 

Bien dormir pour bien grandir

 

 

Quels sont les troubles du sommeil chez l’enfant ?

On dit souvent que le sommeil est important pour la santé, c’est encore plus vrai pour les enfants. « Dormir comme un bébé » n’est acquis pour personne. Même pas pour l’enfant. Parfois, toutes les conditions sont réunies et le bébé ne dort pas bien pour autant. Sa chambre est calme, à la bonne température, la routine du coucher est respectée… Mais l’enfant éprouve des difficultés. Pourquoi ? Les spécialistes ont établi qu’aujourd’hui, entre un quart et un tiers des enfants dans le monde souffrent de troubles du sommeil. Ces problèmes étant principalement répartis en deux catégories : les réveils nocturnes très fréquents et les difficultés à l’endormissement. Pour l’endormissement, il peut ainsi s’agir d’un refus pur et simple d’aller au lit, avec crise de larmes à la clé, ou d’une incapacité à s’endormir rapidement et/ou sereinement.

Un bébé possède les acquis pour faire ses nuits, à savoir dormir au moins 6 heures d’affilée, à partir de 6 mois. On estime que s’il fait ses nuits à 18 mois ou avant, il sera davantage susceptible de devenir un « bon dormeur » naturellement, c’est à dire sans interventions extérieures. Beaucoup de spécialistes insistent alors sur le soin à apporter à l’endormissement des enfants dès leur plus jeune âge. Ils soulignent qu’un enfant qui s’endort paisiblement sans trop d’assistance (puis plus du tout à partir d’un certain âge), sera plus disposé à s’apaiser et à se rendormir seul en cas de réveil nocturne. Il sera pour cet enfant moins fréquent de subir des troubles respiratoires, apnées du sommeil, terreurs nocturnes et autres désagréments pendant le sommeil.

 

Quels sont les troubles du sommeil chez l'enfant ?

 

 

Comment savoir qu’un enfant manque de sommeil ?

Alors comment bien détecter les premiers signes d’un manque de sommeil chez l’enfant, quel que soit son âge ?

Un enfant qui dort mal ou trop peu (voire les deux combinés) aura des difficultés à faire face à ses émotions. On le voit d’ailleurs très vite chez les bébés quand ils sont fatigués. Ils pleurent, s’agitent, font parfois des crises de nerfs. Même un adulte très fatigué va pouvoir « craquer » quand il est soumis à une situation que son manque de sommeil ne lui permet pas d’affronter sereinement. C’est donc la même chose chez l’enfant, qui va aussi se montrer déprimé, impulsif et parfois même agressif quand il manque de sommeil. La fatigue affecte aussi la réactivité. Un enfant en manque de sommeil aura l’esprit moins vif mais pourra paradoxalement se montrer hyperactif. Ce qui aura des conséquences sur l’attention et la concentration. Enfin, comme chez l’adulte là encore, un enfant en déficit de sommeil aura tendance à moins bien manger et à prendre du poids…

Des problèmes qui ne feront que s’aggraver si on ne fait pas quelque chose pour améliorer la qualité du sommeil de l’enfant concerné.

Si l’enfant est scolarisé et si ses résultats baissent alors qu’il donne l’impression de travailler, cela peut être dû à un manque de sommeil. S’il manque d’entrain et a des sautes d’humeur, c’est probablement parce qu’il ne dort pas bien. Il est donc temps de lui procurer un sommeil de qualité.

 

Comment savoir qu'un enfant manque de sommeil ?

 

 

Quelles sont les causes du manque de sommeil chez l’enfant ?

Si votre enfant s’endort tous les soirs sur sa tablette ou son smartphone, s’il regarde la télévision jusqu’à tomber de sommeil ou s’il fait trop de sport avant d’aller se coucher, les causes du manque de sommeil de l’enfant sont clairement établies. Si par contre vous ne voyez pas ce qui « cloche », n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin. Le docteur qui pourra vous aiguiller vers des solutions et vous conseiller. Si votre fille ou votre fils fait des terreurs nocturnes ou du somnambulisme, si votre enfant se réveille souvent et éprouve des difficultés, voire une angoisse au moment du coucher, il existe quoi qu’il en soit des solutions.

 

Quelques conseils pratiques pour éviter le manque de sommeil chez l’enfant

En plus des fondamentaux, il semble important d’éduquer un enfant pour lui apprendre à s’endormir de manière autonome. 

 

Avoir une activité physique régulière

C’est un prérequis, surtout chez l’enfant. Si la bonne santé dépend d’un bon sommeil, l’inverse est tout aussi vrai. Avoir une activité sportive dans la journée permet d’évacuer les tensions et de fatiguer le corps. Par activité physique, nous entendons balades, sport, et même le simple fait de jouer pour les enfants ! Bien souvent pour les enfants sujets à l’hyperactivité, le sport et une excellente façon de canaliser l’énergie et de faciliter l’endormissement le soir venu et promettre une longue nuit de sommeil.

 

Instaurer une routine de sommeil

Au même titre que l’hygiène de vie, une routine de coucher a un fort impact sur la qualité des nuits pour petits en grands. Alors pour l’enfant, on passe par exemple un moment au calme avec lui, on écoute de la musique de détente, on lit une histoire et on le laisse alors qu’il ne dort pas tout à fait. Ainsi, s’il fait face à un réveil nocturne, il ne s’affolera pas de ne pas voir ses parents à ses côtés et pourra retourner calmement dans les bras de Morphée. 

 

 

 

Être régulier dans les heures de coucher

Les heures du coucher et du lever doivent être constantes. Du moins au début. De même que l’heure des repas. Autant de repères avant de faire dodo vont permettre à l’enfant de se construire des habitudes solides. Ainsi, par extension, il pourra se donner les meilleures chances de bien dormir, en quantité suffisante.

 

Quelles sont les causes du manque de sommeil chez l'enfant ?

 

Comme pour chacun, il faut être à l’écoute des besoins en sommeil de son enfant. Pour éviter tout manque de sommeil et mettre toutes les chances de votre côté pour que votre enfant dorme bien, il est important de respecter quelques règles. On évite la lumière bleue et les activités excitantes qui seront néfastes à l’endormissement, on favorise la détente et on prépare l’enfant au sommeil.

 

Trouver le matelas idéal en 6 questions

C'est parti !