On a tous somnolé à un moment ou à un autre et c’est parfaitement naturel. Une longue journée de travail, une nuit un peu agitée, des troubles du sommeil… Les raisons ne manquent pas. La somnolence n’est pas nécessairement grave. Sauf bien-sûr si elle intervient quand on se trouve derrière un volant. Première cause de mortalité sur l’autoroute, la somnolence au volant se doit donc d’être prise au sérieux quand on est amené à prendre la route. Un problème particulièrement concernant pour les professionnels comme les routiers ou plus globalement tous ceux qui avalent les kilomètres à longueur d’année. Mais comment éviter la somnolence ? Comment la prévenir ? Quelles mesures prendre ? On vous dit tout !

 

Mieux comprendre la somnolence

La somnolence est le premier stade de l’endormissement. On la ressent donc typiquement le soir, avant d’aller se coucher, quand notre corps et notre esprit se mettent en condition pour sombrer. Notre vigilance baisse, tout comme la fréquence du rythme cardiaque, les paupières deviennent lourdes, il est de plus en plus difficile de lutter et généralement, on s’endort dans les 20 minutes. Toutes celles et ceux qui ont tenté de lutter pour ne pas s’endormir devant un film particulièrement ennuyeux au cinéma, sur un fauteuil pourtant pas super confortable, savent que personne ne peut gagner contre la somnolence. À terme, c’est toujours elle qui finit par l’emporter. La somnolence peut ainsi se produire en journée également. On appelle cela la somnolence diurne. Elle aussi n’est pas spécialement inquiétante tant qu’elle n’est pas fréquente. Un petit coup de mou après le déjeuner ? C’est naturel et c’est pour cela qu’une petite sieste de 20 minutes est vivement conseillée quand on peut se le permettre.

 

Mieux comprendre la somnolence

 

 

Éviter la somnolence au volant

Piquer du nez quand on conduit un véhicule est donc très dangereux, la principale cause de la somnolence au volant étant le manque de sommeil. Quand on dort mal, on a donc plus de chances de somnoler. Événement exceptionnel mis à part bien-sûr. Si la digestion du dîner vous empêche de bien dormir la nuit, la cause de votre somnolence sera donc clairement identifiée. Mais sinon, c’est bel et bien du côté de nos nuits qu’il faut aller chercher la cause de la somnolence. Pour limiter les risques, il est donc important de soigner son hygiène de sommeil. Dormir mieux et en quantité suffisante ! Comment faire ?

 

Une literie de qualité

Tout d’abord, choisissez une bonne literie. Un matelas adapté, un bon sommier, un oreiller confortable… Autant d’éléments qui vont faire de votre lit un endroit propice au repos. En optant par exemple pour un matelas à mémoire de forme. Une technologie qui permet d’éviter les douleurs pendant la nuit et au moment du réveil. Idéal pour se lever frais et dispos et attaquer du bon pied sa journée ! 

 

Un environnement propice au sommeil

La chambre aussi a son importance. Il est ainsi conseillé de dormir dans l’obscurité et dans le silence. La température ne devant, dans l’idéal, pas excéder les 19 degrés. Beaucoup de paramètres peuvent entrer en ligne de compte quand on cherche à créer le meilleur environnement pour dormir : le choix des matériaux, l’orientation du lit, les couleurs des murs… On vous explique dans un précédent article comment bien décorer sa chambre pour favoriser le sommeil. Un bon moyen de mieux dormir et d’éviter à terme la somnolence au volant.

 

Répondre directement aux signes de fatigue

En temps normal, ne luttez pas contre le sommeil. Même si vous avez vraiment envie de regarder jusqu’au bout ce super film ou qu’il ne vous reste qu’un épisode à voir pour boucler la saison 3 de The Stranger Things. Respecter sa fatigue, quand on le peut, c’est aller se coucher quand on en ressent le besoin. Bien-sûr, évitez également la lumière bleue des objets connectés au moment du coucher et préférez un bon livre. De bonnes habitudes alimentaires permettent également de mieux dormir. Privilégiez les dîners légers, évitez les excitants… Des réflexes qui, mis bout à bout, permettent de favoriser un sommeil de qualité.

 

Éviter la somnolence au volant

 

 

Reconnaître la somnolence au volant

Savoir identifier les premiers signes de somnolence au volant peut être d’une grande aide. En général, on commence donc à bailler. Souvent. Nos paupières sont lourdes, on peut avoir les yeux qui picotent, on bouge beaucoup sur le siège, à la recherche d’une posture plus confortable et notre capacité d’attention diminue. Autant de signes qui doivent absolument encourager à s’arrêter. Et alors qu’on pourrait croire que la somnolence intervient au cours de longs trajets en voiture, ce n’est pas forcément le cas. 85% des accidents se produisent en effet lors de trajets de courte durée.

 

Que faire contre la somnolence au volant ?

On a beau savoir quoi faire pour améliorer son sommeil, mieux se reposer et donc éviter la somnolence de manière générale, il est également important de savoir réagir quand celle-ci se produit quand on est au volant de notre véhicule.

  • Une pause ou une courte sieste : Le mieux est de s’arrêter et de faire une pause. Imaginons que vous êtes sur l’autoroute et que la fatigue se fait cruellement sentir. N’attendez pas de fermer les yeux mais profitez d’une aire pour vous arrêter et faites une sieste. Même très courte, la sieste permet de restaurer efficacement la vigilance et peut donc éviter les accidents. La sieste est particulièrement efficace en cas de somnolence diurne. Allongez-vous dans votre voiture et prenez le temps de vous reposer avant de repartir.
  • Le café aide à se réveiller : Le café peut aussi aider quand on est fatigué et qu’on doit rouler. Café qu’il faut savoir doser pour éviter les effets secondaires indésirables. Il ne faut pas trop en boire pour éviter d’éventuelles palpitations cardiaques et bien-sûr pour pouvoir dormir la nuit suivante, mais un expresso peut aider. Il est aussi conseillé d’éviter de marier le café avec une boisson énergisante. Mais attention, l’une comme l’autre de ces boissons ne suffisent pas à ce que vous vous sentiez reposé lors de somnolence au volant. Seul un sommeil réparateur vous assurera d’être à 100% attentif sur la route.
  • La lumière comme énergisant : Petite astuce moins connue : la lumière. On s’explique : la lumière permet de rester éveillé. Si vous roulez de jour, que vous sentez votre vigilance diminuer et que le soleil brille, ne mettez pas vos lunettes de soleil.
  • La température : Concernant la température de l’habitacle, on aurait tendance à croire qu’ouvrir la fenêtre, en plein hiver par exemple, va aider à rester éveillé mais ce n’est pas forcément vrai. Ni trop chaud, ni trop froid ! Le mieux étant donc de ne pas pousser le chauffage (l’hiver) ou la climatisation (l’été) pour bien rester focalisé sur la route. Un peu de musique et c’est parti ! Le fait de discuter avec un autre passager (et pas au téléphone) va aussi tenir la somnolence à distance, tant que cela ne réduit pas la vigilance. 

 

Que faire contre la somnolence au volant ?

 

 

Trouver le matelas idéal en 6 questions

C'est parti !